La santé en Chine : un marché plus que prometteur

La Chine et son milliard d’habitants nécessite une redécouverte des services de santé, et c’est ce qui est justement en train de se passer. Une bonne chose pour cette population qui voit ses habitants vivre de plus en longtemps : 79 ans d’espérance de vie en 2009. La Chine est un des pays les plus pollués au monde, ce qui entraîne de lourdes conséquences sur la santé des Chinois. Problèmes respiratoires, maux de têtes et soucis dermatologiques ne sont plus surprenants… mais communs.

Tant de maux que de consultations possibles

Et savoir que la population dite âgée (comprenant les plus de 65 ans) devrait triplée d’ici 2050 ne facilite pas les choses. Cela reviendrait alors à plus de 330 millions de personnes âgées en Chine à la santé fragile et à surveiller.  En Chine, on peut en plus ajouter la tendance de ces dernières années à fumer le tabac ainsi que les conditions de travail loin d’être idéales (stress important, travail manuel épuisant et important…).

C’est aussi un pays immense. Et les régions les plus reculées de la capitale ne disposent pas de beaucoup de personnel qualifié. Les centres de soins sont en sous-effectifs, et en manque de financement. Les habitants de campagnes côtoient souvent des médecins qui ne sont pas réellement formés mais qui ont simplement reçu de courtes formations de base permettant de procurer les premiers soins.

Tout le système est alors axé sur les hôpitaux en Chine, mais tous les habitants n’ont pas les moyens de se rendre en hôpital public. Avec la démocratisation des réseaux sociaux, et l’accessibilité à l’information mondiale facilité, les Chinois prennent peu à peu conscience de leurs conditions de santé qui ne sont pas Les meilleures au monde. En Chine, consulter un médecin peut vouloir signifier un long trajet à faire. Mais aussi faire face à des coûts élevés, et rarement remboursés.

Les Chinois ont compris l’intérêt qu’ils avaient à prendre soin d’eux. Ils limitent ainsi les complications et les maladies du mieux qu’ils peuvent. Ils veulent faire attention à leur santé, surtout après avoir frôlé des situations extrêmes avec l’arrivée du Covid-19. S’il est compliqué de se faire soigner, autant prévenir.

Une prévention boostée

Les Chinois sont de plus en plus soucieux de leur santé, font du sport, mangent mieux. Un nouveau lifestyle est en train de naître dans les grandes métropoles.  Ils modifient et améliorent leur alimentation et n’hésitent plus à dépenser dans des vitamines ou des compléments alimentaires, qui sont d’ailleurs dans le top des ventes sur Tmall Global. Ils sont devenus en vogue et même très prisés.

Les Chinois aisés sont prêts à dépenser de fortes sommes d’argent pour maintenir une bonne santé, d’où le succès du tourisme médical dans des cliniques renommées d’Europe, du Japon ou en Amérique du Nord. L’objectif du gouvernement chinois qui a lancé en 2016 son plan Chine en bonne santé en 2030. “Le système de santé chinois n’est pas à deux, mais à dix-huit vitesses” explique la professeure à l’Ecole d’économie de Paris, Carine Milcent dans une interview. L’objectif étant de pouvoir jouir d’indicateurs de santé publique clés équivalents à ceux présentés par le Japon ou les Etats-Unis. La réforme est en marche et les opportunités de développement pour les acteurs du marché de la santé explosent.

Une digitalisation des services

Aujourd’hui les achats et services réalisés en ligne sont nombreux et monnaie courante en Chine -pays qui regroupe le plus de réseaux sociaux au monde-. Des besoins médicaux non satisfaits jusqu’alors ont su y trouver leur place. Désormais il est possible de consulter un médecin, spécialisé ou généraliste depuis son smartphone. Et même de commander ses médicaments depuis chez soi pour se les faire livrer sans se déplacer.

Même chose donc pour les compléments alimentaires, vitamines et produits de préventions. La Chine est un marché spécifique et les marques françaises doivent s’adapter si elles souhaitent réussir. Et comme le disait Harold Parisot, président du Chinese Business Club : “C’est aux marques françaises de s’adapter aux consommateurs chinois, et non l’inverse”. Utiliser les réseaux sociaux locaux par exemple, est devenu une nécessité dans le pays le plus connecté du monde. 

Les pays étrangers peuvent ainsi accompagner les Chinois en leur procurant ce dont ils ont besoin directement sur leurs propres plateformes d’achats en ligne telles que Tmall : soins, conseils, mais aussi produits de santé et vitamines.

L’e-commerce transfrontalier pour exporter depuis la France

L’e-commerce en Chine est très développé à l’image du leader Tmall. Il en existe d’autres si vous n’êtes pas satisfaits : JD Global, Kaola, VIP.com, etc. Kaola est idéal pour les compagnies étrangères voulant vendre leurs produits en Chine. Cette plateforme assure aux Chinois la vente de produits internationaux de qualité supérieure, le tout en ligne. Ces derniers s’en servent surtout pour l’achat de produits luxueux. Lorsque le prix de l’achat est élevé, l’accent est placé sur la sécurité. Le géant chinois Alibaba, équivalent d’Amazon en Chine a même fusionné avec Kaola pour justifier la qualité de son activité et en faire une valeur sûre -plus encore-.

Les compléments alimentaires ont la côte

Dans un monde où les hommes et les femmes sont de plus en plus actifs et vivent de plus en plus longtemps, la recherche d’une meilleure santé est devenue constante. L’alimentation, directement liée à la forme de l’individu, est surveillée de près. De plus en plus de personnes limitent leur consommation de fast-food pour des plats plus sains. Et en cas de carence -et même sans- les vitamines apportent toujours un petit plus favorable à la vie quotidienne.

Et ce n’est pas nouveau si l’on en croit la réussite de Swisse. Fondée par Kévin Ring en 1969, la marque australienne a percée dans le monde entier. Aujourd’hui elle a été rachetée par Health & Happiness, est basée HongKong et satisfait des clients clients aux États-Unis, en Europe mais aussi en Asie depuis déjà 2013. Son succès datant d’une décennie promet celui de nouveaux exportateurs qui se lanceraient aujourd’hui dans le même domaine.

Un autre exemple de réussite, Vitabiotics

L’histoire et la réussite de Swisse n’est pas dû au simple hasard. Il suffit de regarder d’autres entreprises telles que Vitabiotics, la création d’une entreprise britannique. Ce sont des compléments alimentaires enrichis en vitamines qui promettent tous types de bienfaits. Idéaux pour les enfants en pleine croissance ou les femmes enceintes.

source Tmall Global

Il y a une gamme pour la pousse des cheveux et la fortification des ongles, et une autre pour limiter la fatigue chronique par exemple. En 2013, Vitabiotics est devenue la société de vitamines numéro 1 en Grande-Bretagne ses nombreuses ventes, et en 2020 dans le Top 5 des marques sur Tmall Global (dans leur catégorie).

Très appréciées par les femmes grâce à leur composition en minéraux (permettant de se maintenir en bonne forme durant les grossesses), la marque s’est vue recevoir un Queen’s Award. Et en Chine, le bouche à oreille va très vite. Surtout quand il est soutenu par des influenceurs.

Les ventes en Chine facilement boostées par les KOL

Si vous vous demandez ce que sont les KOL -Key Opinion Leader-, ce sont les influenceurs digitaux, ceux qui travaillent le plus souvent en ligne sur les réseaux sociaux. Leur rôle est de promouvoir des produits ou une marque en ligne. Les entreprises qui ont les moyens de se payer leurs services ont tout à y gagner. C’est l’atout marketing en vogue dans l’Empire du milieu.

Les Chinois sont déjà très connectés. Ils achètent même en ligne, sans crainte. Et ils recherchent énormément la qualité dans leurs achats, leur assurant une meilleure utilisation, moins de risque possible, donc une meilleure santé à terme. Pour la vente de compléments alimentaires comme de vitamines, les influenceurs peuvent se filmer en vantant les bienfaits de ceux-ci. Ils peuvent même se servir de leur influence en ligne pour conseiller aux internautes de tester eux aussi la marque concernée…

Et souvent, comme un fan suit une star, les abonnés d’un KOL seront plus enclins à acheter le produit de leur idole sans hésitation. Surtout qu’avec les plateformes d’achats en ligne comme Tmall, jd, Pinduoduo ou Kaola, c’est très pratique. Les influenceurs peuvent faire leur promotion, et insérer un lien directement dans leur publication vers les plateformes de e-commerce.

Rappelons-le pour conclure : la Chine est encore bien éloignée des pays développés en ce qui concerne le marché de la santé. Mais ils sont en pleine évolution. Des progrès sont réalisables, et les opportunités pour les pays occidentaux y sont nombreuses.

The post La santé en Chine : un marché plus que prometteur first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu