Axelor, ce progiciel open source français axé workflow automation et no code

Sur le papier, Axelor coche tous les termes tendances du moment. Cet éditeur français propose une plateforme d’entreprise open source qui intègre un module de workflow automation et un environnement de développement no code pour enrichir et personnaliser ses briques applicatives.

La création d’Axelor remonte à 2005. Son PDG fondateur, Laith Jubair, a travaillé auparavant comme consultant indépendant. Il monte ensuite une société de services en logiciels libres. “Nous développions des applications sur mesure de facturation, de comptabilité ou de gestion commerciale à partir de briques open source“, se souvient-il. Plutôt que de devoir repartir à zéro à chaque mission, il décide de capitaliser sur les composants applicatifs déjà créés pour mettre sur pied un framework générique personnalisable en fonction du projet. L’offre d’Axelor est issue de ce travail.

“Une application de comptabilité reprend tous les composants potentiellement standard et passe par une phase de paramétrage pour inclure des règles spécifiques ou des personnalisations”, illustre Laith Jubair. “Le développement sans code permet de dessiner visuellement des processus, puis une approche low code (avec peu de codage, ndlr) prend le relais pour enrichir l’application.” En adoptant cette approche combinant no code et low code dès 2012, Axelor bénéficie d’une certaine antériorité sur un marché qui émerge véritablement autour de 2015.

Cdiscount ou PSA comme références

Avec les années, les applicatifs se multiplient et Open Suite, rebaptisée depuis Axelor ERP, sort en bêta en 2014 et en version finale en 2018. La plateforme comprend une trentaine d’outils : CRM, gestion des ventes, marketing, gestion des achats, gestion des stocks, facturation, comptabilité, gestion budgétaire, gestion de la production, gestion de projets, gestion RH, des recrutements… L’approche modulaire permet d’installer une ou plusieurs briques qui se complètent en cascade.

Disponible sous la licence open source GNU AGPL, Axelor ERP repose lui-même (sans surprise) sur des technologies open source. Au programme : le langage Java côté back-office, le framework Angular.js (et bientôt React.js) pour le front-office, l’infrastructure Jersey pour piloter les web services, Shiro pour la sécurité. Mais aussi Birt et Jaspersoft pour le reporting, bpmn.io et Drools pour les processus, et, enfin, PostgreSQL et MySQL pour les bases de données.

Axelor cible les grosses PME et ETI aux besoins fonctionnels importants. La société se retrouve à la fois face à des poids lourds de l’ERP tels Sage, Cegid ou Microsoft, et à des acteurs du business process management (BPM) et du low code comme Bonitasoft, Appian et Pega. Parmi ses références figurent Cdiscount, PSA, Novaxia, mais également le département des Hauts-de-Seine, les ministères de la Justice et des Affaires Etrangères ou encore les services du Premier ministre. “Les acteurs de la fonction publique s’intéressent avant tout au BPM et au low code”, précise Laith Jubair.

Exit l’enfermement propriétaire

Face à la concurrence, Axelor joue aussi la carte de l’ouverture. Pas d’effet lock-in (enfermement propriétaire), l’entreprise peut voir et modifier le code source et assurer sa portabilité. Si la plupart des déploiements d’Axelor sont réalisés dans le cloud, la solution peut également être hébergée sur site, dans un environnement on-premise. L’éditeur peut en outre se de prévaloir d’être une société française, réalisant 90% de son chiffre d’affaires dans l’Hexagone. Sa filiale en Inde prend en charge les ventes, la formation et le support pour tous les pays non-francophones.

Si Axelor était, au départ, centré sur un modèle de distribution directe à 100%, la commercialisation de son offre est désormais prise en charge pour moitié par des partenaires intégrateurs parmi lesquels Altem, Alter SI, iOrga, Sopra, Trynet ou Synktory. La version communautaire de la plateforme propose la même richesse fonctionnelle que la version Entreprise. Cette dernière comprend en plus des outils avancés de gestion de process, ainsi que l’accès aux mises à jour et au support.

Porté par une croissance annuelle de 30%, Axelor a réalisé un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros en 2020 (en France et l’international) et se fixe un objectif de 4 millions pour l’exercice en cours. Basée à Champs-sur-Marne en Seine-et-Marne, la société employait une quarante personnes fin 2020 et devrait finir l’année avec un effectif d’au moins cinquante collaborateurs. Elle recrute aussi bien des ingénieurs en développement que des chefs de projet et des consultants technico-fonctionnels. A l’heure actuelle, le fondateur d’Axelor est également son principal actionnaire aux côtés de quelques salariés avec des parts au capital. Régulièrement sollicité, il envisage à l’avenir de faire appel à des investisseurs extérieurs.

The post Axelor, ce progiciel open source français axé workflow automation et no code first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu